Cinq ans de THM

MWS suggère un surrisque de cancer de l'ovaire

Publié le 19/04/2007
- Mis à jour le 19/04/2007

UN NOUVEAU coup est asséné au traitement hormonal de la ménopause (THM), dans « The Lancet ». Une analyse de la Million Women Study (MWS), s'intéressant cette fois au cancer de l'ovaire, montre un surrisque chez les utilisatrices dépassant les cinq années de traitement.

Valerie Beral et coll. (Oxford) ont enregistré les données de 948 576 femmes ménopausées suivies, en moyenne, pendant 5,3 ans pour la recherche d'un cancer ovarien et 6,9 ans pour la notification d'un décès. Ces femmes n'avaient au départ ni cancer connu ni subi d'ovariectomie bilatérale.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?