Mutuelles : les internes saluent l’« écoute » du ministère mais « le mouvement n’est pas terminé »

Publié le 21/11/2012
1353518870391371_IMG_94256_HR.jpg

1353518870391371_IMG_94256_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon

Les discussions, mardi et mercredi, entre le principal syndicat d’internes (ISNIH) et le ministère de la Santé, quasi exclusivement consacrées à la proposition de loi socialiste visant à autoriser la mise en place de réseaux de soins par les mutuelles, ont permis des avancées mais pas encore de mettre un terme définitif au conflit des jeunes médecins entamé le 12 novembre, sous forme de grève illimitée.

« Il est trop tôt pour dire que le conflit des internes est terminé, a assuré au « Quotidien » Étienne Pot, premier vice-président et porte-parole du syndicat des internes, mercredi en fin d’après-midi. Mais on peut considérer que cette fois l’écoute a progressé ».

Des garanties qui ne lèvent pas les doutes

En pratique, les conseillers de Marisol Touraine ont notamment présenté aux internes un amendement (soutenu par le gouvernement) à la fameuse proposition de loi Le Roux qui empêcherait, comme l’a promis Marisol Touraine, la mise en place par les mutuelles de réseaux de soins fermés et de remboursements différenciés des patients, du moins pour ce qui concerne les médecins. Mais cela n’a pas levé tous les doutes des internes. « On ne se prononce pas encore sur cet amendement complexe que nous devons expertiser », déclare Étienne Pot. « Ce texte est assez technique, ajoute-t-il. Est-il adapté ? Je ne sais pas, nous devons rester vigilants car cette proposition de loi constitue une vraie menace ».

Sur un autre sujet (les conditions de travail et de formation des internes qui font l’objet de groupes techniques), Étienne Pot juge que « ce n’est vraiment pas très concret ».

Les internes espéraient toutefois pouvoir signer rapidement un protocole d’accord avec le gouvernement pour lever les points de blocage. Selon un responsable des internes, « l’équilibre des forces est en train de s’inverser, le ministère a pris conscience du danger ».

 CYRILLE DUPUIS

Source : lequotidiendumedecin.fr