Alopécie androgénétique

Minoxidil,  finastéride et de nouvelles cibles  Abonné

Par
Publié le 13/03/2017
menoxidil

menoxidil
Crédit photo : PHANIE

Une douzaine de régions génomiques sont impliquées dans l’alopécie androgénétique (AAG) et de nombreux gènes candidats voient le jour dont ceux codant pour le récepteur aux androgènes, les histones désacétylases 4 et 9 (HDAC4 et 9), et la molécule WNT10A. La voie Wnt/béta-catenin induit et maintient la phase anagène. Les androgènes agissent en inhibant cette voie via la synthèse de facteurs inhibiteurs. Réguler la voie Wnt pourrait être une nouvelle approche thérapeutique ; néanmoins un excès de stimulation de cette voie stimule la tumorogenèse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte