Mère obèse ou diabétique : risque accru d’autisme

Publié le 10/04/2012
1334068348340668_IMG_81836_HR.jpg

1334068348340668_IMG_81836_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Cette étude a porté sur 1 004 paires mère-enfant inclus dans l’étude CHARGE. Les enfants étaient âgés de 24 à 60 mois. Parmi eux, 517 présentaient un autisme, 172 un autre trouble du développement neurologique et 315 avaient eu un développement neurologique normal.

Pour confirmer le diagnostic d’autisme, les auteurs ont utilisé l’ADIR (Autism Diagnostic Interview-Revised) ou l’ADOS (Autism Diagnostic Observation Schedules). Tous les enfants ont également été soumis à d’autres tests pour évaluer leur développement cognitif et adaptatif.

Les participants étaient ensuite divisés en trois groupes : enfants avec autisme, enfants avec troubles du développement, enfant sans trouble du développement.

Parmi les enfants nés de mère diabétique, le pourcentage d’enfants autistes (9,3 %) ou ayant un trouble du développement (11,6 %) était plus élevé que le pourcentage d’enfants autistes nés de mère non diabétique (6,4 %).

Plus de 20 % des mères des enfants ayant un autisme ou un autre trouble du développement étaient obèses (contre 14 % des mères d’enfants ayant eu un développement normal).

Environ 29 % des enfants ayant un autisme et près de 35 % des enfants ayant un autre trouble du développement avaient des mères avec trouble métabolique (contre 19 % seulement des enfants sans trouble).

Comment expliquer ces résultats ? Il se peut que l’exposition à des glycémies maternelles élevées induise une hyperproduction fœtale d’insuline, ce qui implique une plus grande consommation d’oxygène. Le diabète pourrait aussi induire un déficit fœtal en fer. L’inflammation maternelle qui accompagne les troubles métaboliques pourrait aussi perturber le développement fœtal.

Pediatrics online.

 Dr EMMANUEL DE VIEL

Source : lequotidiendumedecin.fr