Mediator : Servier a réalisé des études sur ses propriétés anorexigènes

Publié le 02/04/2012

Selon le « Journal du Dimanche », les perquisitions réalisées au siège des laboratoires Servier n’ont pas été vaines. Elles auraient permis aux enquêteurs de mettre la main sur des documents tendant à prouver que le fabricant du Mediator a réalisé des études sur les propriétés anorexigènes de ce médicament.

Les enquêteurs ont notamment retrouvé un essai clinique réalisé en 1971. « Le 780 SE (nom de code du Mediator) peut être considéré comme un anorexique des plus satisfaisants et mérite d’être retenu comme adjuvant des plus précieux dans le traitement de l’obésité », peut-on y lire. D’autres documents, datés de 1968 à 1973, montrent que Servier a fait réaliser plusieurs études sur les propriétés de coupe-faim du médicament incriminé. Tout ceci, conclut le journal, « montre que Servier a bel et bien fait tester son médicament par de nombreux spécialistes de l’obésité humaine au cours des années 1970 ».

Dans un communiqué, Servier réagit ce lundi à cet article. « Contrairement à ce qui est écrit, indique le laboratoire, Servier n’a jamais caché avoir fait des essais cliniques pour tester l’effet anorexigène du Mediator, et c’est justement l’analyse des essais dans leur globalité qui n’a pas permis de conclure à l’activité anorexigène chez l’homme ». Le laboratoire continue : « Une analyse plus complète de l’ensemble des pièces saisies permettrait au “Journal du Dimanche” de décrire les conclusions qui se sont imposées et qui démontrent que l’activité anorexigène du Mediator est insuffisante ». Pour Servier, si le Mediator avait montré un effet anorexigène,il n’aurait eu « aucune raison de ne pas fonder la demande d’autorisation de mise sur le marché sur cette propriété ».

 H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr