Médecins à diplôme étranger : la Finlande a des doutes

Publié le 16/11/2011

Les autorités finlandaises vont réexaminer les diplômes de près de 750 médecins formés en dehors de l’Union européenne à la suite de la découverte de plusieurs cas d’exercice illégal de la médecine.

« Nous allons regarder les diplômes de chaque médecin qui a été formé en dehors de l’UE et de l’EEE [Espace économique européen] et qui a obtenu l’autorisation d’exercer en Finlande au cours des 20 dernières années », a déclaré Liisa Toppila, consultante médicale au Conseil national de surveillance sanitaire finlandais. Cette instance a réagi à un scandale qui a éclaté la semaine dernière, lorsque les tabloïds finlandais ont rapporté qu’un praticien avait de faux diplômes.

Aiguillé par les médias, le conseil a découvert que l’homme n’était pas diplômé par l’université de Saint-Pétersbourg comme il l’avait prétendu, et qu’il n’avait même pas fréquenté cette institution. Il avait pourtant obtenu l’autorisation d’exercer la médecine en Finlande en 2003. Le médecin a été rayé du registre médical finlandais et devrait faire l’objet de poursuites pénales.

Ce scandale a fait naître des soupçons chez les Finlandais envers les professionnels de santé non qualifiés, et un autre homme, qui se prétendait aussi diplômé d’une université russe, a également été démasqué pour avoir fourni de faux diplômes. « Il y a une grande crainte qu’il n’y ait davantage de cas comme celui-ci », a déclaré mardi la ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Maria Guzenina-Richardson, à la chaîne de télévision publique finlandaise YLE.

En Finlande, les certificats de près de 600 Russes, 30 Ukrainiens, 25 Turcs et 20 Irakiens, tous professionnels de la santé, seraient scrutés. Pendant ce temps, le président de l’Association médicale finlandaise a pressé les autorités de vérifier les casiers judiciaires de tous les médecins formés à l’étranger, y compris dans l’UE, expliquant : « Nous croyons qu’il y a eu des cas similaires dans le sud de l’Europe, où il s’est avéré que certains médecins n’avaient pas tous leurs papiers en règle. »


Source : lequotidiendumedecin.fr