Marseille : la justice avalise le plan de redressement des centres de santé mutualistes

Publié le 07/05/2013
1367945518431493_IMG_104746_HR.jpg

1367945518431493_IMG_104746_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Le tribunal de grande instance (TGI) de Marseille a rendu ce mardi un jugement « favorable » à la continuation des activités du Grand Conseil de la Mutualité (GCM), à la tête d’un réseau de onze centres de santé.

Ce jugement met un terme à une période d’observation de 18 mois pendant laquelle l’avenir de ce réseau de santé multidisciplinaire (médecine, dentaire, optique, services d’hospitalisation à domicile et de soins infirmiers à domicile) a été compromis, au même titre que l’accès aux soins des 200 000 patients qui y sont accueillis chaque année.

« Le Grand Conseil de la Mutualité dispose maintenant de dix ans pour apurer ses dettes, a annoncé l’organisation mutualiste. Il devra pour cela mettre en œuvre les mesures qu’il a présentées au tribunal et qui concourent au développement de ses activités. »

Coupes budgétaires douloureuses

Cette fin heureuse n’a pas été sans peine. Le GCM a dû procéder ces derniers mois à de douloureuses coupes budgétaires afin de réduire un déficit estimé en 2011 à 4,5 millions d’euros, malgré un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros. La revente de la clinique Bonneveine à l’automne dernier, les aides allouées par le Fonds national de solidarité mutualiste mais aussi le licenciement d’une trentaine de médecins généralistes ont permis aux centres mutualistes de reprendre pied.

A. B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr