À Lyon, un psychiatre agressé alerte la police... en vain

Publié le 16/05/2011

Dans l’après-midi du vendredi 13 mai, le Dr Yves Kossovsky, installé dans le deuxième arrondissement de Lyon, a été agressé par un homme qui réclamait une ordonnance d’opiacé. L’individu aurait profité de l’arrivée d’un patient pour franchir l’entrée du cabinet de ce psychiatre libéral, dont la porte est commandée par une gâche électrique.

« Il m’a dit d’emblée, de façon pressante et volubile, qu’il était ancien toxicomane, qu’il avait un traitement de substitution au Skenan et que la pharmacie lui avait conseillé de s’adresser à moi pour avoir une ordonnance, qu’il voulait tout de suite », relate ce médecin qui a immédiatement alerté le 17.

Calmement, mais avec fermeté, le psychiatre lui aurait fait comprendre qu’il n’avait pas pour habitude de prescrire sous menace, et n’accéderait pas à sa demande, mais qu’il pouvait demander des soins dans un service d’urgence. Le patient se serait alors mis en colère, aurait cassé un dossier de siège et assuré « qu’il ne sortirait pas sans ordonnance ». L’intrus s’en serait pris verbalement à un patient, avant de revenir une nouvelle fois à la charge et de « menacer de casser le mobilier, de brûler ma bibliothèque, ébauchant le geste de mettre le feu à un livre avec un briquet », affirme le Dr Kossovsky qui, formé à la gestion des situations de violence, a su garder son calme.

À l’issue, d’un second coup de fil passé au 17, l’agresseur aurait finalement quitté le cabinet, non sans avoir proféré quelques menaces à l’encontre du médecin. La patrouille de police serait intervenue quelques minutes plus tard (et trop tard). Dans un courrier adressé ce lundi 16 mai au procureur de la République, Yves Kossovsky, qui souhaite porter plainte contre X, fait observer qu’une « intervention plus rapide des forces de l’ordre dans cette situation aurait été appréciable ».

À la fin du mois de mars, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) qui avait rendu public les résultats 2010 de l’Observatoire de la sécurité des médecins avait annoncé la signature d’un partenariat avec les ministères de l’Intérieur, de la Justice et de la Santé pour mettre en place des solutions en faveur de la protection et la sécurité des médecins.

 CAROLINE FAESCH

Source : lequotidiendumedecin.fr