L’UFML ne veut pas que les médecins financent le diagnostic d’accessibilité de leurs cabinets

Publié le 12/06/2014
1402577688529436_IMG_131639_HR.jpg

1402577688529436_IMG_131639_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Le gouvernement a repoussé à 2018 la date limite permettant aux établissements recevant du public (ERP) de procéder aux aménagements afin d’accueillir les personnes handicapées (le projet de loi est en discussion au Parlement). Mais tous les médecins devront cependant s’affranchir d’une formalité administrative en réalisant d’ici à la fin de l’année 2014 un diagnostic d’accessibilité auprès d’un groupe spécialisé dans l’évaluation de la conformité et la certification.

285 euros l'expertise

L’Union française pour une médecine libre (UFML) souligne que certaines unions régionales de professionnels de santé (URPS) ont passé des partenariats avec des enseignes à l’instar de la Bretagne avec Bureau Veritas. Ce groupe propose une expertise 285 euros, précise l’UFML pour aider les praticiens à faire de leur cabinet un « ERP de 5e catégorie ».

L’association estime « inconcevable » que les médecins assument les frais de mise aux normes. « Il n’est pas acceptable qu’une société d’audit s’enrichisse aux dépens de ceux que la loi contraint à payer, affirme le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML. C’est à l’Etat de prendre en charge ses frais. »


Source : lequotidiendumedecin.fr