Lot-et-Garonne : le bourg de Lafox accueille un généraliste roumain

Publié le 27/03/2013
1364404788421266_IMG_102053_HR.jpg

1364404788421266_IMG_102053_HR.jpg
Crédit photo : DR

Depuis février 2012, à la suite de la disparition brutale du seul généraliste du bourg, Lafox (1 200 habitants) se retrouvait sans praticien. La mairie de cette petite commune du Lot-et-Garonne a passé une annonce sur un site spécialisé. « Nous avons eu plusieurs réponses, indique la maire du bourg, Christine Bonfanti-Dossat au journal « La Dépêche » qui relate l’affaire, mais tous ont fini par décliner ».

L’édile attribue ces échecs au fait que Lafox est situé à proximité immédiate de la ville d’Agen, et que ces candidats « préféraient tous s’isoler davantage et exercer en milieu rural. Nous sommes entre les deux et cela ne leur convenait pas ».

Généralistes débordés

Finalement, la mairie reçoit un appel d’un praticien roumain, le Dr Amalia Brasoveanu, qui exerçait déjà depuis un peu plus d’un an à Tonnerre, dans l’Yonne. Contactée par « le Quotidien », la jeune femme de 41 ans, s’explique sur cette volonté de changement.

« Je souffre de rhumatismes et je souhaitais un climat plus adapté », confie-t-elle, ajoutant qu’elle a des amis dans sa nouvelle région. Après avoir pris contact avec la mairie, elle a été « vite convaincue » qu’elle aurait suffisamment de patients à Lafox. « Quelques généralistes exercent dans les villages avoisinants, continue-t-elle, mais ils sont tous débordés ».

Trois mois de loyer gratuit

Amalia Brasoveanu juge avoir été « très bien accueillie par les habitants ». Bien que ceux-ci aient dû trouver des solutions de rechange au manque de généraliste dans le village durant un an, elle a réalisé une bonne dizaine de consultations dès son premier jour d’exercice lundi 25 mars. « J’espère arriver rapidement à 20 patients par jour », pronostique-t-elle.

Le médecin s’est installé dans des locaux situés à deux pas de la mairie, qui abritent déjà un cabinet infirmier ainsi qu’une association d’aide à domicile. La municipalité, propriétaire des murs, prend en charge les trois premiers mois de location.

 H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr