« La Jeune Fille et la Mort », d'Ariel Dorfman

L'insoutenable et après  Abonné

Publié le 17/04/2007

NÉ EN ARGENTINE, grandi au Chili où il travailla auprès de Salvador Allende avant que le coup d'État ne l'oblige à quitter l'Amérique du Sud, l'auteur, enseignant et dramaturge aux Etats-Unis, a composé cette pièce en 1991. Elle pose la question des relations d'un bourreau et d'une victime, et de l'impossible réconciliation d'une nation.

Ariel Dorfman imagine une situation limite, quelque chose qui se situe plus du côté de la fable que de la réalité, même si, ici, tout est épouvantablement vraisemblable.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte