74 écoles agréées, 17 000 professionnels en exercice

L’insoluble casse-tête de l’ostéopathie  Abonné

Publié le 15/12/2014

EN MARS 2002, les ostéopathes ont gagné un titre. Dix ans plus tard, ils ont perdu le contrôle. Le paysage de la profession est devenu anarchique. Des décrets ont encadré à partir de mars 2007 l’agrément des écoles et interdit la pratique de certains actes (les manipulations gynéco-obstétricales et les touchers pelviens). Mais cette réglementation montre ses limites.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte