Une piste sérieuse chez l’animal

L’inhibition d’un récepteur bloque la SEP  Abonné

Publié le 11/03/2011
1304416765234812_IMG_55955_HR.jpg

1304416765234812_IMG_55955_HR.jpg
Crédit photo : Robyn Klein MD. PhD - The Journal of Experimental Medicine

1304416767234959_IMG_55994_HR.jpg

1304416767234959_IMG_55994_HR.jpg

UNE ÉQUIPE de chercheurs américains a réussi à empêcher l’apparition de l’équivalent de la sclérose en plaques chez des souris grâce à une molécule anticancéreuse encore en développement. Le résultat a été jugé si prometteur qu’un essai de phase 1 a été mis en place.

L’explication du processus mis en œuvre apparaît plutôt complexe. Aussi Robyn Klein, principale investigatrice de ce travail d’une équipe de Saint-Louis, utilise-t-elle, dans un communiqué de presse, une métaphore pour l’expliquer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte