Liberté d’installation : le moratoire de l’Ordre est loin d’apaiser le courroux des jeunes

Publié le 27/06/2012

L’ensemble des structures représentatives des étudiants et jeunes médecins (1) ne se satisfont pas du moratoire décidé par le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) sur ses recommandations en matière de liberté d’installation. Samedi dernier, l’Ordre à décidé au cours d’une assemblée générale extraordinaire de ne rendre compte d’aucune décision avant le 13 octobre.

«Cette résolution ne correspond nullement à l’engagement du CNOM […], s’agacent internes et jeunes médecins. Les structures "jeunes" sont déçues et se sentent trahies, et la relation de confiance qui existait jusque-là avec le CNOM est sérieusement entachée ».

En mai, l’Ordre avait créé une vive polémique en proposant qu’à l’issue de son post-internat, un médecin désireux d’exercer (en libéral, en salarié ou en hospitalier) soit tenu de le faire pendant cinq ans dans la région de délivrance de son diplôme.

(1) ANEMF, CSMF-JM, ISNAR-IMG, ISNCCA, ISNIH, ReAGJIR, SNJMG


Source : lequotidiendumedecin.fr