ESTHER sur la thromboembolie sous THS

L'existence ou non d'un risque dépend du progestatif utilisé

Publié le 22/02/2007
- Mis à jour le 22/02/2007

UN NOUVEL argument en faveur du rôle du progestatif dans la tolérance du traitement hormonal de la ménopause vient d'être fourni par les résultats de l'étude française ESTHER (EStrogen and THromboEmbolism Risk Study). Le risque thromboembolique veineux varie selon le progestatif utilisé : la progestérone naturelle micronisée, ses dérivés et les progestatifs de type prégnane ne le majorent pas. Cette étude cas-témoins, menée par l'équipe de Pierre-Yves Scarabin (Inserm U780, Villejuif), a été réalisée entre 1998 et 2006.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?