L’ex-patron du CISS (usagers) ironise sur la « grève à Megève »

Publié le 22/12/2014
Saout

Saout

Christian Saout n’est pas aussi bienveillant que la majorité des patients à l’encontre du mouvement de contestation des médecins contre le projet de loi de santé. « Vous savez, même dans le milieu médical, on appelle ça faire la grève à Megève, ironise dans un entretien avec "La Dépêche du Midi" l’ancien président du Collectif interassociatif sur la santé (CISS), redevenu secrétaire général adjoint de l’association. J’aime la grève pendant les vacances. De toute façon, les cabinets auraient été fermés. »

Ni la date ni les motivations de la profession n’ont convaincu Christian Saout du bien-fondé du mouvement. « Ils font grève comme à chaque fois qu’il y a un projet de loi… Dès qu’on a un projet de loi sur l’organisation du système de santé, on a des cris de la médecine de ville. »

« On ira aux urgences »

L’ancien président du CISS prédit un recours important des Français aux urgences hospitalières jusqu’au 31 décembre : « Les cabinets médicaux sont déjà fermés les samedis et dimanches, et on va tous aux urgences. Eh bien voila, on ira la semaine aux urgences aussi, que voulez-vous que je vous dise. »

Les cliniques privées, qui cesseront leur activité à compter du 5 janvier, en prennent également pour leur grade. Christian Saout juge « indécente » la campagne de communication de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), qui montre une femme en train d’accoucher dans la rue. « Ce n’est pas comme ça qu’on fait avancer un débat public », conclut-il.

Christian Saout avait déjà exprimé son agacement il y a quelques semaines au « Quotidien ». « Les médecins opposés à ce projet parlent d’étatisation, c’est un procès d’intention », affirmait-il alors.

  Les déclarations de l’ancien président du CISS ont rendu furieux plusieurs médecins sur les réseaux sociaux. Le Dr Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML), a dénoncé des « propos insultants à l’égard des médecins ».

 

Ch. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr