Lévothyrox : le parquet de Marseille élargit l'enquête à « homicide involontaire »

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 05/02/2019
Lévothyrox

Lévothyrox
Crédit photo : PHANIE

Le parquet de Marseille a élargi le 30 novembre dernier son enquête à « homicide involontaire » dans le cadre du volet pénal du dossier Lévothyrox.

« Ce n’est pas une victoire mais c’est une étape décisive », a réagi Me Christophe Lèguevaques, avocat de victimes. Il avait demandé l'ouverture d'une information judiciaire pour « homicide involontaire » après les décès jugés suspects de deux jeunes femmes ayant pris la nouvelle formule du Lévothyrox mise sur le marché en mars 2017.

L'information judiciaire avait été ouverte contre X en mars 2018 pour tromperie aggravée, blessures involontaires et mise en danger de la vie d'autrui, afin d'enquêter sur les plaintes des malades de la thyroïde qui estiment être victimes d'effets secondaires de la nouvelle formule.

« Aucune conclusion ne peut être tirée de ce réquisitoire supplétif : je suis confiant dans la démonstration qui pourra être faite à terme de l'absence d’infraction commise par Merck », a souligné l'avocat du laboratoire du Merck, Me Mario-Pierre Stasi.

« Les conclusions des rapports de pharmacovigilance publiés en 2018 indiquent clairement qu'il n'y a pas de lien établi entre les cas signalés de décès dans la base de données de pharmacovigilance et la nouvelle formule du Lévothyrox », rappelle le laboratoire.

Dans le volet civil du dossier, une action collective a été engagée contre le laboratoire Merck pour défaut d'information et préjudice d'angoisse. Le procès a eu lieu à Lyon en décembre. Le délibéré doit être rendu le 5 mars.

Avec AFP


Source : lequotidiendumedecin.fr