L’Europe s’inquiète des allergies aux pollens et lance Atopica

Publié le 05/12/2011

L’impact des changements climatiques sur les maladies allergiques liées au pollen va faire l’objet, pour la première fois, d’une recherche interdisciplinaire en Europe. Financé pendant trois ans par l’Union européenne, ce projet doit quantifier les effets de ces changements sur les allergies afin de proposer des recommandations et des actions préventives au niveau européen. En Europe, près de 20 % des enfants souffrent d’allergies aux pollens.

Baptisé Atopica, ce projet rassemble des biologistes, des immunologistes, des allergologues et des dermatologues mais également des physiciens, des climatologues, des experts en qualité de l’air et des spécialistes d’usage des sols. En France, il implique des chercheurs du CNRS, du CEA et de l’INERIS. Grâce à la modélisation des concentrations de polluants atmosphériques, les scientifiques pourront étudier l’impact des polluants sur l’allergénicité des pollens et évaluer l’exposition des populations à un effet conjoint des pollens et du niveau de qualité de l’air. In fine, il s’agit d’établir une évaluation des risques sanitaires, en particulier chez les populations à risque, comme les enfants ou les personnes âgées.

Atopica permettra d’établir une analyse rétrospective des différents allergènes sur les deux dernières décennies en Europe, et de leurs liens avec le climat et le changement d’usage des sols. Le projet doit aussi donner des clés de compréhension sur les modes de propagation d’une nouvelle espèce invasive en Europe et hautement allergisante, l’Ambrosia artemisiifolia L., qui prolifère dans la vallée du Rhône et commence à envahir toute la France.

S.H.

Source : lequotidiendumedecin.fr