Accord des 27 sur le traité simplifié

L'Europe face à ses casseurs

Publié le 22/10/2007
- Mis à jour le 22/10/2007
1276169715F_Img288639.jpg

1276169715F_Img288639.jpg

IL FAUDRAIT D'ABORD rendre à Nicolas Sarkozy ce qui lui appartient : aussitôt élu, il s'est attelé à la relance européenne en rendant visite en premier lieu à la chancelière d'Allemagne, puis à d'autres chefs de gouvernement de l'UE. Bon gré mal gré, et en dépit d'une forte opposition des Polonais et des Anglais, sa proposition de traité simplifié, qui a l'avantage de permettre la gestion des affaires européennes sans préjuger du destin du continent, a fait son chemin. En définitive, les Européens, dont aucun n'avait de contre-offre à faire, ont fini par approuver le texte.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?