L’essor du pontage cérébral en neurochirurgie

Publié le 19/04/2011

Deux équipes, l’une de Toronto, l’autre de Louisiane, publient de bons résultats obtenus pour le pontage artériel cérébral, dans l’infarctus cérébral pour la première (1) et dans l’anévrisme pour la seconde (2). Sans s’en douter au départ, l’équipe du Krembil Neuroscience Centre de Toronto a mis au point le premier traitement capable de restaurer la perte de tissu cérébral. Chez 29 sujets ayant eu un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique, les neurochirurgiens canadiens ont observé une restauration du débit sanguin cérébral environ 11 mois après un pontage artériel. Mais, plus satisfaisant encore, ils ont également observé à leur grand étonnement une amélioration de 5 % du volume cérébral à l’IRM. « Notre objectif était d’éviter une perte cérébrale supplémentaire en rapport avec les AVC, déclare le Dr Michael Tymianski, auteur principal de l’étude. C’est extraordinaire de voir que l’atrophie est réversible. » Les patients opérés étaient âgés en moyenne de 41 ans. Jusque-là, la repousse du tissu cérébral n’avait été constatée que dans des circonstances très particulières.

Quant à l’équipe de l’université de Saint-Louis, le Pr Saleem Abdulrauf et ses collègues ont développé une nouvelle technique de pontage dans les anévrismes artériels cérébraux. Le neurochirurgien a repris le concept développé par le Dr Gazi Yasargil en Suisse dans les années 1960. Au lieu de remplacer l’artère malade par une autre saine provenant du scalp, le Pr Abdulrauf a eu l’idée d’utiliser une artère du bras de plus gros calibre. L’intervention a été réalisée pour le moment chez un seul patient ayant un anévrisme cérébral. « Cette technique permet d’accélérer le rétablissement et offre les meilleures chances de guérison », déclare le Pr Abdulrauf.

(1) « Stroke », publié en ligne le 18 avril 2011. (2) « Neurosurgery », volume 63.3, mars 2011.

 Dr I. D.

Source : lequotidiendumedecin.fr