L’espérance de vie en bonne santé baisse légèrement en France

Publié le 19/04/2012
1334842712343382_IMG_82477_HR.jpg

1334842712343382_IMG_82477_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

La France est championne de l’espérance de vie des femmes, mais connaît un léger recul de l’espérance de vie en bonne santé depuis quelques années, indique l’Institut national d’études démographiques (INED).

En 2010, les Françaises avaient une espérance de vie de 85,3 ans et leurs compatriotes masculins de 78,2 ans. Mais outre l’espérance de vie, les démographes étudient aussi l’espérance de vie sans incapacité (EVSI) un indicateur important pour apprécier la qualité de vie et l’état de santé fonctionnel des Européens. L’étude montre que l’EVSI baisse légèrement, celle des hommes passant de 62,7 ans à 61,9 ans entre 2008 et 2010, et les femmes de 64,6 ans à 63,5 ans. Les données présentées par l’INED montrent qu’en 2010 les hommes pouvaient espérer vivre 79,1 % de leur espérance de vie totale en bonne santé, contre 80,6 % en 2008, et les femmes 74,4 % contre 76,1 %.

Suédois et Maltaises.

Selon les chiffres de l’INSEE, l’espérance de vie en bonne santé avait entamé sa légère baisse en 2006.

La tendance française rejoint celle d’autres pays européens qui ont comme elle des espérances de vie élevées, note l’INED, qui a compilé et étudié les données des 27 pays de l’Union européenne.

« Dans les pays où l’espérance de vie est déjà élevée, les gains d’années de vie se font aux âges les plus élevées, donc lorsqu’on est en moins bonne santé », a commenté pour l’AFP l’auteur de l’étude, Jean-Marie Robine. Au sein de l’Union Européenne, pour les hommes, c’est la Suède qui affiche l’espérance de vie sans incapacité la plus longue, tandis que la République slovaque a la plus courte. Chez les femmes, ce sont les Maltaises qui ont les meilleures perspectives de vie en bonne santé, et c’est encore la République slovaque qui a l’EVSI la plus courte. La France se situe au dixième rang pour les femmes et en onzième pour les hommes.

L’espérance de vie des ressortissants des 27 pays de l’Union s’établit, en 2009, à 61,3 ans pour les hommes et à 62 ans pour les femmes. Les femmes européennes vivent donc plus longtemps que les hommes, mais passent une plus grande proportion de leur vie avec des incapacités.

Cependant, l’INED précise que pour les hommes comme pour les femmes, il y a des tendances à la convergence des espérances de santé en Europe. Par exemple, l’écart entre la Lituanie est les Pays-Bas s’est réduit de plus de 4 années en à peine 3 ans.

CÉCILE RABEUX

Source : lequotidiendumedecin.fr