Les techniques d'AMP présenteraient peu de risques pour la santé des enfants

Par
Coline Garré -
Publié le 04/06/2019
amp

amp
Crédit photo : S. Toubon

Insémination intra-utérine, fécondation in vitro (FIV), FIV par injection intracytoplasmique de sperme (ICSI)... Les techniques jouent-elles sur l'état de santé des enfants issus d'assistance médicale à la procréation (AMP) ? Difficile de tirer des conclusions claires au regard des études existantes, a déploré Patricia Fauque, cheffe de Service du Laboratoire de biologie de la reproduction (CECOS) et coordinatrice du centre d'AMP de Dijon, lors d'une conférence internationale organisée par l'Institut national d'études démographiques (Ined), ce 4 juin. 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)