Les techniques d'AMP présenteraient peu de risques pour la santé des enfants

Par
Publié le 04/06/2019
amp

amp
Crédit photo : S. Toubon

Insémination intra-utérine, fécondation in vitro (FIV), FIV par injection intracytoplasmique de sperme (ICSI)... Les techniques jouent-elles sur l'état de santé des enfants issus d'assistance médicale à la procréation (AMP) ? Difficile de tirer des conclusions claires au regard des études existantes, a déploré Patricia Fauque, cheffe de Service du Laboratoire de biologie de la reproduction (CECOS) et coordinatrice du centre d'AMP de Dijon, lors d'une conférence internationale organisée par l'Institut national d'études démographiques (Ined), ce 4 juin. 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)