Les statines pourraient diminuer l’efficacité du vaccin contre la grippe

Publié le 30/10/2015

Crédit photo : PHANIE

La prescription de statines pourrait interférer avec l’efficacité de la vaccination contre la grippe, selon deux études publiées dans le « Journal of Infectious Diseases ». Si ces résultats étaient confirmés par la suite, cela pourrait amener à revoir les recommandations vaccinales chez les sujets âgés, largement traités par ces hypocholestérolémiants et pour lesquels le vaccin antigrippal est conseillé.

Dans la première étude réalisée avec le laboratoire Novartis, l’équipe dirigée par le Dr Steven Black du Center for Global Health (Ohio) a analysé les réponses immunitaires obtenues lors d’essais pour les vaccins antigrippaux des saisons 2009-2010 et 2010-2011. L’analyse a pris en compte les données de plus de 5 000 participants âgés de plus de 65 ans de 4 pays (Colombie, Panama, Philippines, États-Unis).

Moins d’anticorps protecteurs

La réponse anticorps était plus faible chez les sujets traités par statines, de 38 % contre la souche A(H1N1), de 67 % contre A(H3N2) et de 38 % contre la souche B. L’effet était plus marqué pour les statines « synthétiques » que pour « les naturelles ». Pour l’auteur principal, « cela devrait également se traduire par une moindre efficacité des vaccins antigrippaux ».

Dans la seconde étude, les chercheurs de l’université d’Emory ont mesuré l’effet préventif du vaccin antigrippal contre la survenue d’infections respiratoires, ayant nécessité une prise en charge médicale. L’analyse a porté sur 9 saisons grippales (2002 à 2011) dans une grande base de données américaine en Géorgie comptant plus de 140 000 individus. Lors des épidémies grippales, une différence modérée est ressortie, de l’ordre de 11-12 % d’infections respiratoires supplémentaires en cas de traitement par statines.

Les statines ont des propriétés immunomodulateurs et anti-inflammatoires connues. Malgré leurs limites, en particulier pour la seconde – infections respiratoires de causes multiples dont la grippe, sujets traités par statines suivis et plus à même d’être identifiés, autres médicaments pris, obésité plus fréquente –, ces études sèment le trouble en raison de la plausibilité biologique. Si ces résultats ne sont pas de nature à modifier la pratique clinique pour l’instant, leur confirmation pourrait amener à recommander des vaccins à forte dose ou avec adjuvant pour booster la réponse immunitaire des sujets âgés. Lors du dernier congrès américain de l’Infectious Diseases Society à San Diego, une étude du laboratoire Sanofi Pasteur avait été présentée sur une faible diminution (1,2 %) des hospitalisations en période d’épidémies grippales chez les sujets âgés ≥ 65 ans ayant reçu un vaccin antigrippal à forte dose par rapport à ceux ayant reçu une dose standard.

Dr Irène Drogou

Source : lequotidiendumedecin.fr