Les rockers aiment les médecins déjantés

Publié le 09/05/2007
- Mis à jour le 09/05/2007
1276104128F_Img263440.jpg

1276104128F_Img263440.jpg

ENTRE LES PRESCRIPTEURS de calmants à la limite du dealer et les chirurgiens fous, les médecins du rock sont rarement présentés sous leur meilleur jour, même si, dans les morceaux de blues, ils servent aussi à «réparer les coeurs qui saignent».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?