Les recommandations du député et neurologue Olivier Véran  Abonné

Publié le 20/01/2014
LE QUOTIDIEN : Saviez-vous que la situation est tendue en anesthésie au CHU de Bordeaux ?

OLIVIER VÉRAN : Non. Cela confirme que le problème n’est pas marginal, et que même de grands hôpitaux sont confrontés à des démissions de PH. Le danger, c’est une spirale de départs car la charge de travail s’alourdit pour ceux qui restent. En anesthésie-réanimation, le numerus clausus a été verrouillé si longtemps qu’il faudra une décennie pour stabiliser la situation. Le temps de compenser les multiples départs à la retraite à venir. En 2020, cela devrait aller mieux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte