Editorial

Les plus et les moins de l’an caprin  Abonné

Par
Publié le 23/02/2015

L’année de la chèvre dans laquelle le calendrier lunaire chinois a fait entrer le monde jeudi dernier semble, pour la santé, d’augure mitigé.

Selon certains maîtres asiatiques de l’art oraculaire, « la gentille chèvre », qui succède au cheval impétueux, promet une année bien plus calme notamment dans le champ sanitaire. Ouf ? Pas vraiment, car d’autres devins jugent que, la chèvre n’étant pas assez forte pour « supprimer totalement l’instabilité observée l’an dernier », la planète devrait sanitairement déguster.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte