Les personnalités de la santé de l’année 2009

Publié le 25/01/2010
Article réservé aux abonnés

En forme

Jacques Marescaux

Nul n’est prophète en son pays ? Pas sûr… Reconnu internationalement, en particulier pour son Institut de recherche sur les cancers digestifs (Ircad) à Strasbourg, le professeur Jacques Marescaux est en passe de marquer d’une pierre blanche l’histoire des centres hospitalo-universitaires. Son rapport sur la relance des CHU comportait une proposition qui a fait mouche : la création d’instituts hospitalo-universitaires (IHU), à même de relancer la recherche biomédicale. Quelque 700 millions d’euros du Grand Emprunt financeront dès 2010 la mise en place des premiers IHU.

Jean Léonetti

Cardiologue, maire d’Antibes, député des Alpes-Maritimes, Jean Léonetti, à 60 ans, ajoute une nouvelle corde à son arc : celle de président de la Fédération hospitalière de France (FHF). Ce fervent défenseur de la loi HPST sera le parfait trait d’union entre un corps médical hospitalier malmené par cette loi, et des directeurs… pas si patrons que cela !

Bernard Granger

Il a voté Sarkozy aux deux tours de l’élection présidentielle et le crie sur tous les toits ! Cela ne l’a pas empêché de conduire, durant le printemps 2009, la plus grande fronde de médecins hospitaliers de cette dernière décennie, et de faire reculer le « Château » sur la gouvernance inscrite dans la loi HPST : après les manifestations du 28 avril et 14 mai 2009, plusieurs amendements adoptés au Sénat rééquilibrent les pouvoirs au sein du directoire entre présidents de CME et directeurs. Pour 2010, le psychiatre Bernard Granger compte cette fois-ci faire reculer la tutelle sur la restructuration de l’AP-HP. Un nouveau Don Quichotte est né ?

Frédéric Van Roekeghem

Frédéric Van Roekeghem a bien mérité son surnom : Rocky. Ce polytechnicien de 47 ans a dû batailler ferme pour que l’assurance maladie, dont il est le patron, ne soit pas dépecé à l’occasion de la mise en place des agences régionales de santé. L’assurance maladie poursuivra donc sa mission de gestion des risques, en « partenariat » avec les ARS. Et Frédéric Van Roekeghem a été reconduit pour cinq ans à la tête de l’assurance maladie. En comptant à son palmarès en 2009 le succès des CAPI. 2010 sera l’année de tous les dangers : le président Sarkozy veut reboucher (définitivement ?) le trou de l’assurance maladie…

Jean-Yves Robin

Le Dr Robin est-il suicidaire ? Force est de constater qu’il fallait une bonne dose d’inconscience pour réouvrir le dossier du DMP. À la tête de l’Asip-Santé, Jean-Yves Robin a prouvé qu’il était tout sauf irresponsable. Son sens du pragmatisme, sa grande connaissance du milieu industriel, sa passion pour la médecine et l’informatique, ont réconcilié associations de patients et SSII avec les pouvoirs publics, sur la question du dossier médical partagé. Pourvu que ça dure !

Fatigués

Joël Martinez

À la tête du CHU de Caen depuis le 1er février 2007, il présente sa démission le 11 mars 2009, suite aux révélations de trois journalistes du Point, sur une dépense de 800 000 euros engagés pour des travaux d’aménagement dans sa résidence de fonction. Il est révoqué en juillet. Quand le bâtiment va, tout va ?

Martial- Olivier Koehret

Martial-Olivier Koehret, n’a pas été reconduit à la tête de son syndicat, MG France. Remplacé par Claude Leicher, Koehret serait-il le dindon de la farce de la convention médicale ? Comme pour justifier son éviction, les adhérents de MG France ont déclaré souhaiter « un syndicat plus pugnace face aux pouvoirs publics » et aux « humiliations répétées à l'égard des médecins généralistes ». Ambiance…

Pr Pierre Coriat

Contre toute attente, le souriant professeur Pierre Coriat, président de la CME de l’AP-HP, a voté l’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2009. Alors même que le comité technique d’établissement (CTE) et le président du conseil d’administration, le député PS Jean-Marie Le Guen, avaient voté contre. Et pour cause : cet EPRD prévoyait la suppression de plusieurs centaines d’emplois. Cette bourde aura servi de leçon au président : cette année, il a menacé de démissionner si la direction de l’AP-HP mettait en application son plan de restructuration, qui envisage 1 000 suppressions d’emplois par an jusqu’en 2014.

Didier Houssin

texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venirtexte à venirtexte à venir texte à venir texte à venir texte à venirtexte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir v texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir v texte à venir texte à venir

Stéphane Delajoux

texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venirtexte à venirtexte à venir texte à venir texte à venir texte à venirtexte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir v texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir texte à venir v texte à venir texte à venir

En observation

Jean-Loup Durousset

La montagne a-t-elle accouché d’une souris ? La campagne de communication de la FHP, de plusieurs millions d’euros, n’aura pas réussi à faire flancher le gouvernement : il n’y aura pas de convergence tarifaire en 2012. même si des expérimentations seront menées dès cette année, et que la convergence tarifaire, repoussée à 2018, devrait survenir plus tôt, en 2014…

Claude Évin

L’ancien ministre socialiste sera-t-il le premier directeur d’ARS issu de « l’ouverture », chère à Nicolas Sarkozy ? En 2010, il aura, en tout cas, fort à faire : il devra restructurer et galvaniser les troupes du navire AP-HP, qui prend l’eau de toute part…

Christian Anastasy

Éric Woerth, le ministre du Budget, attend énormément de Christian Anastasy : le tout nouveau patron de l’Anap (Agence nationale de performance hospitalière) devra faire signer des dizaines et des dizaines de contrats de performance aux hôpitaux, pour parvenir au « zéro déficit » en 2012. Mais cet ancien directeur d’hôpital se défend d’être un cost killer. L’avenir nous le dira…

Antoine Dubout

La discrétion est sa marque de fabrique. Le taiseux président de la Fehap n’a même pas rué dans les brancards lorsque Roselyne Bachelot

Michel Legman

Le président du Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) sera l’homme en vue en 2010, dans le landernau du monde de la santé. Lors de ses vœux au monde de la santé, Nicolas Sarkozy, dont il est un ami de longue date, l’a sollicité, ni plus ni moins, pour formuler des propositions sur la refondation de la médecine libérale. Une manière comme une autre pour l’Élysée de reprendre la main sur un dossier que la convention n’a pas réussi à régler…


Source : Décision Santé: 261