Les médecins homéopathes réunissent leurs 2es assises le 26 janvier

Publié le 17/01/2013
1358442010402837_IMG_97153_HR.jpg

1358442010402837_IMG_97153_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Le syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF) veut faire œuvre de pédagogie pour ses 2es assises, qui auront lieu le samedi 26 janvier 2013 à l’hôpital Saint-Jacques de Paris.

Au menu, l’avenant n° 8, qui concerne les homéopathes comme les autres médecins.

Proche du SML, le SNMHF ne conteste pas frontalement l’avenant conventionnel et sa présidente le Dr Dominique Jeulin-Flamme devrait communiquer sur « ses apports » et les informer sur l’intérêt pour les praticiens de signer ou non le contrat d’accès aux soins.

Pratique médicale à part entière

Le syndicat informera les homéopathes sur le développement professionnel continu (DPC) tout en insistant sur la nécessaire présence de leur discipline dans les formations qui seront proposées.

Enfin une étude sur le profil des patients des homéopathes sera présentée par le Dr Philippe Marijnen, directeur médical au service recherche de Boiron. Quelque 9 000 patients ont été suivis pendant 1 an par 900 médecins généralistes et/ou homéopathes. Selon les premiers résultats, les pathologies traitées par des médecins à exercice particulier et par les généralistes seraient similaires.

Malgré des approches thérapeutiques différentes, les résultats, en terme de guérison, seraient comparables, affirme le SNMHF. « Ces assises ont aussi pour objectif de rappeler que, reconnue par l’Ordre des médecins, par l’Université et par l’assurance-maladie, l’homéopathie est une pratique médicale à part entière », précise le SNMHF.

 C. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr