Un coup de pouce aux praticiens isolés

Les médecins de montagne ne s’attendent pas à des sommets  Abonné

Publié le 23/10/2014

Compte tenu du prix souvent élevé du foncier dans les stations de sport d’hiver et du poids des charges, bon nombre de médecins de montagne peinent à obtenir une rémunération suffisante. « Il est pratiquement impossible d’exercer en secteur I en montagne, affirme le Dr Jean-Baptiste Delay, président de l’Association des médecins de montagne (AMM). Compte tenu du prix du foncier, de la saisonnalité de l’activité, et du coût des équipements nécessaires, certains confrères se retrouvent avec des revenus nets d’à peine 1 500 euros. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte