Les macrophages pris à leur propre piège dans la plaque d’athérome

Publié le 10/01/2012
1326212954313771_IMG_75174_HR.jpg

1326212954313771_IMG_75174_HR.jpg
Crédit photo : NYU Langone Medical Center

Ils ont découvert que les macrophages surexpriment un facteur de guidage axonal, la nétrine-1, qui bloque leur migration. S’agrégeant ainsi les uns aux autres, ils favorisent la progression de la plaque d’athérome.

Les chercheurs ont constaté, à la fois chez la souris et chez l’humain, que la nétrine-1, ainsi que son récepteur UNC5b, est exprimée dans les cellules spumeuses des plaques d’athérome. In vitro, ils ont également constaté qu’elle empêche la migration des macrophages vers une chémokine, CCL19, qui leur permet normalement de se détacher de la plaque. La nétrine-1 bloque aussi la migration des macrophages vers une autre chémokine, CCL2, impliquée dans le trafic en direction du système lymphatique au cours des phénomènes inflammatoires. En d’autres termes, l’évasion des cellules éboueurs est impossible tant vers la lumière vasculaire que vers les voies lymphatiques.

Confirmation est apportée chez des souris privées génétiquement du gène de la nétrine-1. Les lésions d’athérosclérose apparaissent alors moins complexes, plus petites. Un constat associé à une émigration des macrophages.

Les Américains ne peuvent encore précisément expliquer pourquoi la nétrine-1 est surexprimée dans ce contexte. Peut-être s’agit-il de mécanismes similaires à ceux rencontrés au cours de l’hypoxie, laquelle est intimement liée à l’athérosclérose. Ou bien encore faut-il y voir un recrutement des cellules musculaires lisses par le facteur de guidage ? De fait au cours de la constitution de la plaque, la couche élastique de la lamina est lésée permettant le passage de ces cellules musculaire vers l’intima.

L’inhibition locale de ces divers facteurs ouvre une réflexion sur l’inhibition de l’inflammation au cours de l’athérosclérose.

« Nature Immunology », doi : 10.1038/ni.2205.

Dr GUY BENZADON

Source : lequotidiendumedecin.fr