Les libéraux de santé sont pessimistes sur l’avenir de leur profession, selon une enquête

Publié le 01/04/2014
1396360623511623_IMG_126820_HR.jpg

1396360623511623_IMG_126820_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Les libéraux de santé sont inquiets pour l’avenir de leur profession, selon une enquête* de l’Observatoire CMV Médiforce (filiale de BNP Paribas), dont les résultats ont été rendus publics ce mardi.

Ils portent un regard désabusé sur leur métier, qu’ils notent 5,2 sur 10, une moyenne en constante diminution ces trois dernières années (5,7 sur 10 en 2011). Les généralistes et les infirmiers sont les moins mécontents (5,8), tandis que les biologistes témoignent de leur mal-être en attribuant 4,4 sur 10 à la « situation générale » de leur profession.

Les généralistes sont pessimistes sur l’évolution de leur métier (4,8/10), et les biologistes voient encore plus l’avenir en noir (3,6/10), notamment à cause de la baisse des honoraires, ressentie très cruellement par ces derniers (ils sont 84 % à s’en plaindre).

Charges et pressions fiscales

Les radiologues, les chirurgiens dentistes, et les biologistes citent les charges et la pression fiscale, les contraintes administratives, la baisse des revenus parmi les autres motifs de difficultés.

Les chirurgiens-dentistes et les kinés se montrent sensibles (à 66 %) à la baisse du pouvoir d’achat des Français ou aux diminutions des remboursements des soins. Les pharmaciens se plaignent eux de la concurrence d’Internet ou des grandes surfaces et de l’auto-médication.

Cette enquête paraît quelques jours après le baromètre 2013 de la MACSF, réalisé auprès de 1 503 professionnels de santé, selon lequel 8 médecins sur 10 sont satisfaits de l’exercice au quotidien de leur profession.

* Enquête réalisée du 7 novembre au 6 décembre 2013 avec l’Institut de recherche sociale et marketing H20 à partir d’un échantillon de 493 personnes réparties en 8 professions : 64 généralistes, 62 chirurgiens dentistes, 60 pharmaciens, 60 infirmières, 60 kinés, 67 vétérinaires, 60 biologistes, 60 radiologues.

C. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr