Les généralistes de MG France réclament du carburant pour amorcer le virage ambulatoire

Publié le 06/03/2015
1425651945592120_IMG_149267_HR.jpg

1425651945592120_IMG_149267_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

« L’année 1958 a été celle des CHU ; 2015 doit être l’année des soins primaires et du virage ambulatoire », a plaidé le Dr Claude Leicher, président de MG France à l’occasion d’un colloque organisé par son syndicat, à Paris.

« Notre système de santé ne peut pas continuer à consacrer 38 % de ses dépenses de santé à l’hospitalisation, a poursuivi le patron du syndicat de généralistes. Il faut flécher davantage de moyens vers le médecin traitant. »

Le Pr Pierre-Louis Druais, président du Collège de médecine générale, et auteur d’un récent rapport sur la place et le rôle de la médecine générale dans le système de santé, a également rappelé le nécessaire investissement financier que devrait entraîner la loi de santé. « Il faut des fonds dédiés pour investir dans l’organisation des soins primaires », a-t-il déclaré.

Équité de rémunération

Le rapport qu’il a récemment remis à la ministre de la Santé réclame l’équité de rémunération entre les généralistes et les autres spécialités et l’affectation d’une partie de l’ONDAM (400 millions d’euros par an) pour moderniser les lieux d’exercice, rémunérer les tâches du médecin traitant, et lutter contre les inégalités de santé. « Aujourd’hui, un généraliste emploie en moyenne 0,3 secrétaire, c’est un scandale », a-t-il déclaré, en réponse à un médecin qui regrettait l’absence d’aide de l’État pour salarier du personnel.

Selon une enquête réalisée par Opinion Way* pour MG France, le virage ambulatoire est également une attente des Français. 55 % des sondés s’inquiètent de ne pas trouver de nouveau médecin traitant lorsque leur généraliste partira à la retraite. Les patients attendent surtout de leur généraliste qu’il puisse leur proposer un rendez-vous rapide (30 %), et 35 % souhaitent pouvoir être en contact avec une secrétaire (pour la prise de rendez-vous) ou une personne à l’accueil.

* Sondage réalisé les 11 et 12 février 2015 auprès d’un échantillon national représentatif de 1006 individus âgés de 18 ans et plus.

Christophe Gattuso

Source : lequotidiendumedecin.fr