Mieux prendre en charge l’après cancer

Les Français plébiscitent les approches complémentaires  Abonné

Publié le 15/09/2014

Derrière le mot cancer, il n’y a pas seulement le dépistage, la chimiothérapie, et les essais thérapeutiques. Il y a aussi la réinsertion, le soutien psychologique, et la convalescence, composantes trop souvent écartées des prises en charges traditionnelles. Avec l’ambition de corriger ces insuffisances, l’Institut Curie a consacré son Baromètre cancer 2014 aux enjeux sociétaux liés au cancer. Et plus particulièrement à la perception des français quant à la qualité de vie, à l’information et à l’ « après-cancer ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte