Les « excès et les abus » en matière de Sécurité sociale ne sont pas les dépenses de retraite qui répondent à des critères de liquidation identifiés ni les allocations familiales dont les indus sont récupérés à 90 % par les caisses d’allocations fa...  Abonné

Publié le 16/01/2014

Ancien ministre des Affaires sociales et de la Santé, directeur de l’ARS d’Ile-de-France

« Libération » du 13 janvier

La progression mécanique des dépenses de santé est de l’ordre de 4 % par an alors qu’au regard du rythme de croissance de notre richesse nationale et de notre capacité de prélèvements sociaux le Parlement ne peut voter chaque année qu’une augmentation du financement d’environ 2,5 %.

Claude Evin

Source : Le Quotidien du Médecin: 9293