Les Européens votent à 84 % la fin du changement d'heure d'été et d'hiver, la Commission prépare une proposition de loi

Par
Dr Lydia Archimède -
Publié le 31/08/2018
chgt heure

chgt heure
Crédit photo : AFP

Va-t-on vers la fin de l'heure d'été et de l'heure d'hiver ? C'est en tout cas le vœu d'une majorité d'Européens interrogé dans le cadre d'une consultation publique organisée par la Commission européenne du 4 juillet au 16 août et qui a enregistré, avec 4,6 millions de réponses provenant des 28 États membres, un record de participation.

Présentant les résultats préliminaires au collège des commissaires, Violeta Bulc, la commissaire européenne chargée des transports a indiqué : « Des millions d'Européens ont participé à notre consultation publique pour faire entendre leur voix et leur message est très clair : 84 % d'entre eux ne veulent plus du changement d'heure. Nous allons maintenant agir en conséquence et élaborer une proposition législative que nous présenterons au Parlement européen et au Conseil, qui décideront ensemble de la suite à donner. »

Interrogé sur la chaîne de télévision allemande ZDF, Jean-Claude Juncker, président de la Commission a renchéri : « Des millions de personnes ont répondu et sont d'avis qu'à l'avenir, c'est l'heure d'été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela. » Et de poursuivre : « Lorsque l'on consulte les citoyens sur quelque chose il convient aussi ensuite de faire ce qu'ils souhaitent », a insisté Jean-Claude Juncker.

Une expérience plutôt négative

Selon les premiers résultats, le changement d'heure semestriel est vécu comme une expérience « négative » ou « très négative » par plus des trois quarts (76 %) des participants à la consultation. Parmi les raisons invoquées pour mettre fin au changement d'heure figurent les incidences négatives sur la santé humaine, l'augmentation du nombre d'accidents de la route ou l'absence d'économie d'énergie.

Le changement d'heure, introduit en Europe fait l'objet de multiples controverses. La majeure partie des États membres l'appliquent selon des dispositions remontant aux Première et Seconde Guerres mondiales ou à la crise pétrolière des années 1970. À partir des années 1980 que l'Union européenne a progressivement tenté de mettre un terme aux divergences nationales entre les calendriers. Depuis 1996, tous les Européens avancent leur montre d'une heure le dernier dimanche de mars et la reculent d'une heure le dernier dimanche d'octobre.

Des pays du nord de l'Europe – Lituanie, Finlande, Pologne et Suède – réclament l'abandon de ce système et plusieurs voix se sont élevées en France contre l'heure d'été. Une résolution adoptée en février par les députés européens, réclamait une « évaluation » détaillée du système de changement d'heure.

Le taux de participation le plus élevé (3,79 % de la population nationale) a été enregistré en Allemagne, selon les résultats de la consultation publique. Suivent les Autrichiens (2,94 %) et les Luxembourgeois (1,78 %). La France arrive en neuvième position avec 0,59 %. Les répondants français se sont prononcés à 84 % en faveur de l'abandon du changement d'heure et ont jugé à plus de 75 % l'expérience « négative » ou « très négative ».

Les résultats finaux seront publiés dans les semaines à venir.


Source : lequotidiendumedecin.fr