Les étudiants de santé pointent les « lacunes » de la première année commune

Publié le 14/12/2011

Mise en place en septembre 2010, la première année des études de santé commune à la médecine, la pharmacie, l’odontologie, la maïeutique et la kinésithérapie dans certains établissements, n’a pas rempli tous ses objectifs.

Le ministère de l’Enseignement supérieur a révélé les résultats d’une enquête réalisée sur la réforme du PCEM1 lors d’une commission pédagogique nationale des études de santé (CPNES). Selon les associations nationales des étudiants en médecine (ANEMF), pharmacie (ANEPF), sage-femme (ANESF), odontologie (UNECD) et kinésithérapie (FNEK), cette enquête, dont le contenu intégral n’a pas été rendu public, confirme certaines lacunes déjà mises au jour en mai dernier : « lourdeur des programmes, hétérogénéité majeure des calendriers entre les facultés, effectifs trop importants en enseignements dirigés ». Les étudiants regrettent « la faiblesse des actions envisagées par le ministère de l’Enseignement supérieur pour combler ces lacunes ».

La réorientation des étudiants, qui doit être mise en place dans toutes les universités d’ici à l’année universitaire 2012-2013, reste disparate. Vingt facultés sur 37 n’ont pas mis en place de réorientation à ce jour, six en ont instauré une obligatoire tandis que onze facultés proposent des réorientations (en science, biologie, droit, psychologie, statistiques...).

 CH. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr