Limiter les atteintes de la neuroplasticité

Les épisodes dépressifs sont neurotoxiques

- Mis à jour le 11/02/2009
1276112244F_600x_34994_IMG_8735_1234411379324.jpg

1276112244F_600x_34994_IMG_8735_1234411379324.jpg
Crédit photo : S TOUBON

LES ÉPISODES DÉPRESSIFS génèrent une véritable « toxicité  » directe sur plusieurs structures cérébrales, les événements stressants ayant un impact croissant à mesure de la répétition des épisodes thymiques. Des études expérimentales avaient montré le rôle de l’hippocampe, de l’amygdale et du cortex préfrontal chez les déprimés et dans la régulation de l’émotion, de l’humeur et de la mémoire.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?