Les échographies commerciales pour les bébés, ça suffit !

Publié le 05/12/2011
1323102228306818_IMG_73382_HR.jpg

1323102228306818_IMG_73382_HR.jpg
Crédit photo : Phanie

Pour des prix variant de 60 à 140 euros, ces échographies en 3 ou 4 dimensions avec vidéo ne seraient pas sans risque, « si minime » soit-il, indique le praticien dans un communiqué. Ces échographies peuvent conduire à une exposition du futur bébé aux ultrasons « pendant une demi-heure », poursuit le Pr Lansac, qui préside la Commission nationale d’échographie obstétricale et fœtale. Cette exposition, qui « se focalise sur la face et les organes génitaux », est « très différente » de l’échographie médicale, où le faisceau d’ultrasons est constamment déplacé, avec une brève exposition de chaque zone. Le gynécologue-obstétricien met en garde contre « les effets thermiques et mécaniques des ultrasons », qui ne sont pas « forcément anodins », en particulier pour le cerveau et l’œil.

« Tout le monde a dit que ce n’était pas bien, mais personne ne bouge », s’insurge le spécialiste en citant notamment un avis de l’Académie de médecine en 2004 et un autre de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé en 2005. « Il faut réserver l’échographie aux gens qui savent s’en servir, les médecins et les sages-femmes. » Les professionnels de santé attendent toujours la publication d’un arrêté à ce sujet : une attente incompréhensible alors que l’on fait grand cas des risques de l’utilisation des téléphones portables pour les enfants, souligne le Pr Lansac.

STÉPHANIE HASENDAHL

Source : lequotidiendumedecin.fr