Les chirurgiens de l’UCDF refusent la (ré)conciliation avec Catherine Lemorton

Publié le 15/10/2014
1413377322554552_IMG_138742_HR.jpg

1413377322554552_IMG_138742_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Les chirurgiens de l’UCDF campent sur leurs positions. Choqués par les propos tenus le 19 juin à l’antenne de RMC par la députée socialiste de Haute-Garonne, pharmacienne de profession et présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, ils avaient déposé, comme d’autres syndicats, plusieurs plaintes individuelles à son encontre devant le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP). Ils comptent aujourd’hui aller au bout de la procédure.

À un journaliste qui lui rappelait que les médecins n’avaient jamais laissé mourir personne, Catherine Lemorton avait répondu « dans les hôpitaux publics, je peux vous affirmer que oui. Je n’en dirai pas plus ».

La pharmacienne avait aussi mis en cause le « colloque singulier » entre le médecin de ville et le patient – « J’aimerais bien aller voir ce qu’il s’y passe », avait-elle déclaré, ajoutant que les relations entre le médecin « sachant » et son patient relevaient davantage de la « subordination ».

À déclaration publique, réparation publique

« Je viens de recevoir un courrier du CNOP me proposant une conciliation dans cette affaire », explique au « Quotidien » le Dr Xavier Gouyou-Beauchamps, secrétaire général de l’UCDF. Mais il ne compte pas donner suite à cette proposition. Dans son courrier de réponse à l’Ordre des pharmaciens, le praticien indique qu’« autant une conciliation amiable conviendrait pour régler un différend d’ordre privé, autant elle ne saurait régler de façon satisfaisante les insinuations diffamatoires de Madame Lemorton concernant tous les médecins libéraux : le caractère public de ses déclarations implique une réparation publique, ce que ne permettrait pas une conciliation dans l’enceinte fermée et discrète d’un bureau ».

L’UCDF invite donc tous les praticiens qui ont porté plainte contre Catherine Lemorton à décliner l’offre de conciliation.

H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr