Les bons noyaux du bon muscle

Publié le 20/03/2012

Une équipe de l’Institut de myologie (INSERM/UPMC), en collaboration avec des chercheurs américains, a identifié des protéines impliquées dans le bon positionnement des noyaux des fibres musculaires, ce qui apparaît nécessaire au bon fonctionnement du muscle.

Les muscles, on le sait, sont constitués de fibres musculaires cylindriques comportant une multitude de noyaux périphériques. Mais, justement, pourquoi ces noyaux sont-ils situés en périphérie ?

L’équipe d’Edgar Gomes a découvert le mécanisme impliqué dans le positionnement des noyaux : elle a identifié chez la drosophile et la souris deux protéines impliquées dans ce positionnement : Kif5b, appartenant à la famille des kinésines (moteurs moléculaires) et MAP7, qui permet le mouvement des organelles dans la cellule.

En provoquant la mutation des gènes de ces deux protéines chez la drosophile et en étudiant le développement de l’embryon, les chercheurs ont observé que les noyaux ne s’alignent pas correctement dans les fibres musculaires.

« La présence de MAP7 est exigée pour le positionnement des noyaux dans les fibres musculaires chez la drosophile et chez les mammifères », précise Edgard Gomes.

Les travaux de l’équipe suggèrent que MAP7 se lie à Kif5b pour favoriser le positionnement correct des noyaux, lequel permet le bon positionnement du muscle.

Par ailleurs, les maladies musculaires entraînant une faiblesse au niveau des fibres peuvent être associées à un défaut d’alignement des noyaux cellulaires. Les chercheurs montrent qu’en replaçant correctement les noyaux, le muscle redevient fonctionnel. « Nous suggérons qu’en corrigeant les défauts de positionnement des noyaux musculaires chez les patients atteints de myopathie, les malades pourraient voir leur fonction musculaire s’améliorer », conclut Edgar Gomes.

› Dr E. DE V.

Thomas Metzger et coll. « Nature » du 18 mars 2012.


Source : lequotidiendumedecin.fr