Asthme sévère

Les biothérapies, de nouvelles armes  Abonné

Publié le 17/12/2015

L’allergie étant le facteur favorisant le plus anciennement connu, la première thérapie ciblée de l’asthme a été un anti-IgE, l’omalizumab (Xolair), agréé depuis 10 ans dans les asthmes sévères allergiques avec succès.

D’autres biothérapies sont aujourd’hui en développement, notamment les anticorps monoclonaux anti-IL5. La croissance, la différentiation, l’activation et la survie des éosinophiles sont très dépendantes d’une cytokine Th2, l’IL5 est donc une cible clé pour des candidats médicaments de l’asthme hyperéosinophilique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte