Législatives : Axel Kahn brigue la circonscription la plus littéraire de Paris

Publié le 14/02/2012
1329220729324066_IMG_77507_HR.jpg

1329220729324066_IMG_77507_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon

C’est dans le petit théâtre de la Huchette, au cœur du 5e arrondissement de Paris, que le médiatique généticien, socialiste, a lancé sa candidature pour décrocher la 2e circonscription de la capitale face à François Fillon. Cette circonscription, qui s’étend sur les 5e, 6e et 7e arrondissements, symbolise l’excellence, avec la concentration d’universités prestigieuses, de maisons d’édition et de librairies.

Axel Kahn, qui vient tout juste de quitter la présidence de l’Université de médecine Paris-Descartes, s’est entouré pour l’occasion d’intellectuels renommés, comme l’ancien ministre Robert Badinter (président de son comité de soutien), l’avocate Gisèle Halimi, l’anthropologue Françoise Héritier, l’ancien ministre Pierre Joxe, la psychanalyste Julia Kristeva ou encore le journaliste Ivan Levaï.

« Non je ne veux pas me recaser professionnellement », a plaisanté Axel Kahn. Mon combat n’est pas un combat philosophique de moraliste, c’est un combat dans l’action publique », a-t-il poursuivi sur la scène du théâtre, affichant comme ambition de « remettre l’humain au centre ».

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, lui a apporté tout son soutien, en estimant que « compte tenu de l’histoire et de l’âme de ce quartier, de son apport patrimonial dans le domaine de l’université, de la culture et de la science, il était souhaitable que la candidature soit certes de gauche, mais porte une envergure intellectuelle et morale ».

« Axel Kahn est un homme de conviction, c’est un savant et, dans la crise actuelle, la place de l’intelligence et de la transmission mais aussi de la science au service de la société, c’est un symbole extrêmement fort », a poursuivi, dithyrambique, le maire de Paris. La 2e circonscription, « quartier latin qui incarne toute une partie de la vie intellectuelle et scientifique, ne peut pas être incarnée pour un "François Fillon habitué de la Sarthe", elle mérite mieux que des Tibéri ou ses successeurs », a renchéri Pierre Joxe.

 COLINE GARRÉ

Source : lequotidiendumedecin.fr