L'effet de la chirurgie bariatrique sur la glycémie élucidé

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 05/02/2019
chir bariatrique

chir bariatrique
Crédit photo : PHANIE

Comment s'exerce l'action bénéfique de la chirurgie bariatrique sur le diabète lié à l'obésité ? Des chercheurs britanniques expliquent dans « Cell reports » comment la sécrétion de l'hormone intestinale GLP-1 est stimulée après la chirurgie et comment cette incrétine normalise rapidement la glycémie.

L'axe du GLP-1 s'avère jouer un rôle clef dans la sécrétion d'insuline après chirurgie de l'obésité, démontre l'équipe coordonnée par Pierre Larraufie dans plusieurs travaux chez l'homme et la souris. La production augmentée de l'incrétine est due non pas à des changements des cellules neuroendocrines mais à un afflux majoré du bol alimentaire en distalité, est-il expliqué.

Des hypoglycémies dans la chirurgie pour cancer gastrique

Il était bien connu que la chirurgie bariatrique s'accompagne d'une augmentation des taux post-prandiaux de GLP-1, de peptide YY et d'insuline, sans que les mécanismes mis en jeu soient décrits précisément. Alors qu'il existe plusieurs incrétinomimétiques sur le marché, les chercheurs ont voulu ici tester l'hypothèse du GLP-1 comme acteur majeur.

Un phénomène curieux a incité l'équipe dans cette voie. Alors que la chirurgie bariatrique corrige rapidement le diabète de type 2, des patients minces ayant une gastrectomie pour cancer présentent des hypoglycémies fréquentes.

Le GLP-1, un rôle central dans l'insulinémie 

Chez 5 sujets opérés d'une forme familiale de cancer gastrique, les chercheurs ont montré que l'insulinémie après charge en glucose était doublée par rapport à des contrôles. Après administration d'un anti-GLP-1 (Exendin-9), l'insulinémie revenait à des taux normaux et qu'il n'y avait pas d'épisodes hypoglycémiques. L'augmentation du GLP-1 après gastrectomie apparaît comme un élément central dans l'hyperinsulinémie.

Les chercheurs ont voulu ensuite élucider pourquoi le GLP-1 s'élève autant après la chirurgie gastrique. À l'aide du séquençage d'ARN et de la spectrométrie de masse, les scientifiques ont dressé une carte de la production de GLP-1 le long du tube digestif chez l'homme et la souris. Résultat, la chirurgie n'a pas modifié les cellules neuroendocrines produisant le GLP-1.

Une arrivée du bol alimentaire décale en distalité

De plus, chez la souris, les taux élevés de GLP-1 et de peptide YY, une hormone de la satiété, étaient fortement corrélés à un bol alimentaire augmenté dans le tube digestif distal. Pour Fiona Gribble, dernier auteur, ces résultats suggèrent qu'après chirurgie bariatrique, « la digestion des nutriments et l'absorption a lieu dans un endroit différent dans le tube digestif et cela entraîne des taux plus élevés de GLP-1 et de peptide YY ».

Les chercheurs envisagent désormais de mieux comprendre les mécanismes en cause dans la rapide perte de poids après la chirurgie. Dans l'idéal, si un mécanisme précis était identifié, il pourrait être envisageable de reproduire les effets de la chirurgie à l'aide d'un médicament oral ou injectable, sans avoir besoin d'opérer. Pour les patients opérés d'un cancer gastrique, le développement d'anti-GLP-1 pourrait améliorer leur qualité de vie, en les libérant de consignes alimentaires contraignantes pour éviter les hypoglycémies.


Source : lequotidiendumedecin.fr