L’unité nationale, une panacée ?

L’économie rattrapera Hollande  Abonné

Publié le 09/02/2015
1423470824584424_IMG_147144_HR.jpg

1423470824584424_IMG_147144_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Le président de la République ne pourra pas indéfiniment camper sur le thème de l’unité. Pour plusieurs raisons. La première est que, s’il est ébloui par la « chance » que les attentats lui ont offerte, on finira par lui reprocher de tirer avantage du malheur de ses concitoyens. D’autant que, s’il est vrai qu’il a multiplié les moyens de prévention d’une recrudescence des attentats, il n’est pas certain qu’il n’y en aura pas d’autres. À ce moment-là, l’unité autour du président cèdera la place à une critique en règle du pouvoir à propos de son incapacité à juguler le terrorisme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte