Le travail de nuit concerne 44 % des médecins salariés

Publié le 26/08/2014
1409042276539219_IMG_134534_HR.jpg

1409042276539219_IMG_134534_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

En proportion de leurs effectifs salariés, les médecins sont la troisième grande famille professionnelle la plus concernée par le travail de nuit en 2012, indique un rapport de la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES), rendu public en août (et qui concerne les salariés de tous les secteurs professionnels).

44 % des médecins salariés et « assimilés » (ce vocable administratif abrite aussi les chirurgiens-dentistes et pharmaciens), soit 92 000 personnes, travaillent « habituellement ou occasionnellement » la nuit, c’est-à-dire dans la tranche de minuit à 5 heures du matin. Les deux familles professionnelles proportionnellement les plus concernées par le travail de nuit sont « l’armée, la police et les pompiers » (72 %, soit 276 000 personnes) et les agents de gardiennage et de sécurité (48 %).

Des conditions de travail nettement plus difficiles

En terme d’effectifs salariés travaillant la nuit, les médecins arrivent cette fois en neuvième position, loin derrière les 202  000 infirmières et sages-femmes concernées (42 % de la profession) et les 151 000 aides-soignants (25 %), présents dans le haut du tableau. « Les salariés qui travaillent la nuit ont une rémunération plus élevée mais des conditions de travail nettement plus difficiles que les autres salariés, précise le rapport : ils sont soumis à des facteurs de pénibilité physique plus nombreux, une pression temporelle plus forte, des tensions avec leurs collègues ou le public plus fréquentes. »

En 2012, au total, 15,4 % des salariés, soit 3,5 millions de personnes, travaillent la nuit. C’est un million de salariés de plus qu’en 1991.

A. B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr