Après le tsunami de l’étude de la WHI

Le traitement hormonal de la ménopause "à la française" refait surface  Abonné

Publié le 10/10/2013
1381367646460971_IMG_112554_HR.jpg

1381367646460971_IMG_112554_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

EN 2002 L’ÉMOI causé par la publication de l’étude nord américaine Women Health Initiative (WHI) a figé toute une génération de gynécologues. Le traitement hormonal de ménopause était mis à l’index : dans le groupe de femmes recevant des estrogènes (estrogènes conjugués équins par voie orale (CEEo) associés à la medroxyprogestérone acétate (MPA), il avait été constaté une augmentation du risque de cancer du sein et de maladies cardio-vasculaires (AVC, infarctus du myocarde).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte