Le sexe et le golf après un accident cardio-vasculaire

Publié le 25/01/2012

Bonne nouvelle pour les patients ayant eu un infarctus du myocarde ou un AVC : il n’y a pas de raisons de renoncer aux joies de la sexualité. Selon un cardiologue américain de l’université de Loyola, John Moran, une activité sexuelle n’est pas plus intense pour le cœur qu’un parcours de golf et semblerait donc sans danger.

Mais, car il y a un « mais », ces activités se conçoivent évidemment chez un patient équilibré au plan cardio-vasculaire et dans le cadre d’une relation établie de longue date, de type conjugal en somme.

Du sexe oui, mais pas de fredaines !

Communiqué de l’université de Loyola.

 Dr G. B.

Source : lequotidiendumedecin.fr