Le service public hospitalier, une injustice et une provocation pour les cliniques  Abonné

Publié le 04/09/2014
1409793173540850_IMG_134957_HR.jpg

1409793173540850_IMG_134957_HR.jpg
Crédit photo : Sébastien Toubon

Plus qu’un simple lifting, le projet de loi redéfinit en profondeur le service public hospitalier (SPH). Pour y participer, un établissement de santé est tenu d’accueillir tous les patients, y compris précaires, en toutes circonstances. Il doit participer à la permanence des soins, proposer un délai de prise en charge raisonnable, un égal accès à des soins de qualité. Et ne pas facturer de dépassements d’honoraires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte