Cardioversion

Le rivaroxaban comme alternative aux AVK  Abonné

Publié le 13/10/2014

En cas de Fibrillation atriale (FA) persistante, les symptômes de mauvaise tolérance incitent à réaliser une cardioversion (souvent électrique, parfois médicamenteuse) pour obtenir le retour au rythme sinusal. Sans une anticoagulation efficace, le risque de complication thromboembolique dans les suites immédiates d’une cardioversion élective est estimé entre 5 et 7 %. Ce risque est ramené à 1 % avec un traitement anticoagulant bien conduit. L’utilisation d’AVK est habituelle pour prévenir ce type de complication.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte