Accidents thromboemboliques après 4 heures d'avion

Le risque est multiplié par deux

- Publié le 02/07/2007
- Mis à jour le 02/07/2007

EN 2000, LE DÉCÈS par embolie pulmonaire d'une jeune Anglaise revenant d'Australie attire l'attention du public et des médias sur le risque de thrombose après des vols long-courriers. A la suite de ce drame, le rapport de la commission d'enquête scientifique et technologique de la Chambre des lords recommande que des recherches soient menées sur le lien entre le voyage et la pathologie. En mars 2001, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) réunit des experts de la maladie thrombo-embolique et des représentants de compagnies aériennes.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?